Archives de catégorie : Billets

Chroniques pré-électorales – En attendant Nadeau

Les amis de l’excellente revue en ligne En attendant Nadeau m’ayant proposé de tenir une chronique sur des paroles lues et entendues durant la campagne présidentielle 2017, cela m’a forcé à reprendre un peu l’écriture en ligne et je les en remercie.

Voici donc la compilation de ces « Chroniques pré-électorales », ou un modeste éclairage apporté par l’analyse du discours et les sciences du langage sur l’actualité politique des dernières semaines.

« Il y a eu les mitterrandistes du 11 mai,
il n’y aura pas les macronistes du 24 avril »
, Benjamin Grivaux (20/01/2017)

Ou quelques mots sur les héméronymes (Calabrese, 2013).

 

« Lorsque elle a fait cette déclaration, euh, qui a été reprise dans une émission à charge, où on a sciemment pris des morceaux de phrases retirés de leur contexte, je rappelle que c’est une émission en langue anglaise, qui s’adressait à un public anglais, et où au fond le sujet de l’interview était : ‟Je ne serai pas Sheryl (sic) Blair”. », François Fillon (06/02,2017)

Les débuts de l’affaire Fillon, avec l’importante distinction entre contexte et co-texte et quelques éléments de définition de l’interview d’un point de vue interactionnel.

 

« Nous eûmes droit ensuite à des déclinaisons sur ce « corbillard » si utile. », Jean-Luc Mélenchon (22/02/2017)

Autonymie, analogie et passé simple avec la France Insoumise.

 

« Est-ce que vous avez une idée, aujourd’hui, sincère et profonde, de qui a orchestré tout cela… selon vous ? », Laurent Delahousse (05/03/2017)

Les suites de l’affaire Fillon et l’importance de l’implicite dans le processus interactionnel.

 

« Madame Le Pen, vous serez gentille, non, je ne vous fais pas parler, je n’ai pas besoin d’un ventriloque. Je vous assure, tout va très bien, quand j’ai quelque chose à dire, je le dis clairement, c’est mon habitude. », Emmanuel Macron (20/03/2017)

On se penche sur le débat politique, la citation, l’ethos et, bien entendu, la ventriloquie.

 

« La vieille idée de gauche, honnêtement, que c’est la pauvreté qui est la source de l’insécurité et de la délinquance, je la vomis cette idée-là, voyez ? », Marine Le Pen (03/04/2017)

Quelques réflexions sur le maniement du tabou, de la glose et de l’évidence par la candidate du Front National.