Tous les articles par Charles Bonnot

Chroniques pré-électorales – En attendant Nadeau

Les amis de l’excellente revue en ligne En attendant Nadeau m’ayant proposé de tenir une chronique sur des paroles lues et entendues durant la campagne présidentielle 2017, cela m’a forcé à reprendre un peu l’écriture en ligne et je les en remercie.

Voici donc la compilation de ces « Chroniques pré-électorales », ou un modeste éclairage apporté par l’analyse du discours et les sciences du langage sur l’actualité politique des dernières semaines.

« Il y a eu les mitterrandistes du 11 mai,
il n’y aura pas les macronistes du 24 avril »
, Benjamin Grivaux (20/01/2017)

Ou quelques mots sur les héméronymes (Calabrese, 2013).

 

« Lorsque elle a fait cette déclaration, euh, qui a été reprise dans une émission à charge, où on a sciemment pris des morceaux de phrases retirés de leur contexte, je rappelle que c’est une émission en langue anglaise, qui s’adressait à un public anglais, et où au fond le sujet de l’interview était : ‟Je ne serai pas Sheryl (sic) Blair”. », François Fillon (06/02,2017)

Les débuts de l’affaire Fillon, avec l’importante distinction entre contexte et co-texte et quelques éléments de définition de l’interview d’un point de vue interactionnel.

 

« Nous eûmes droit ensuite à des déclinaisons sur ce « corbillard » si utile. », Jean-Luc Mélenchon (22/02/2017)

Autonymie, analogie et passé simple avec la France Insoumise.

 

« Est-ce que vous avez une idée, aujourd’hui, sincère et profonde, de qui a orchestré tout cela… selon vous ? », Laurent Delahousse (05/03/2017)

Les suites de l’affaire Fillon et l’importance de l’implicite dans le processus interactionnel.

 

« Madame Le Pen, vous serez gentille, non, je ne vous fais pas parler, je n’ai pas besoin d’un ventriloque. Je vous assure, tout va très bien, quand j’ai quelque chose à dire, je le dis clairement, c’est mon habitude. », Emmanuel Macron (20/03/2017)

On se penche sur le débat politique, la citation, l’ethos et, bien entendu, la ventriloquie.

 

« La vieille idée de gauche, honnêtement, que c’est la pauvreté qui est la source de l’insécurité et de la délinquance, je la vomis cette idée-là, voyez ? », Marine Le Pen (03/04/2017)

Quelques réflexions sur le maniement du tabou, de la glose et de l’évidence par la candidate du Front National.

 

Je suis venu te dire que je revenais : LCD Soundsystem et l’art du come-back

1280-vimeo-Shut-Up-And-Play-The-Hits---Still

Dans un souci de cohérence et parce qu’il est toujours agréable de se perdre dans des boucles réflexives, le billet de retour de « Funny you shoud say that » a pour thème le come-back, topos majeur de l’histoire du rock et des discours qui s’y rapportent. Continuer la lecture de Je suis venu te dire que je revenais : LCD Soundsystem et l’art du come-back

« Do you think it’s 1976 and you’re talking to the Sex Pistols? »

ppt impliciteCe billet est adapté de ma présentation lors du colloque Autour des formes implicites organisé à l’Université de Limoges (12 au 14 novembre 2014).

Introduction

Dans son livre, De la culture rock, Claude Chastagner dégage une caractéristique essentielle du rock et des pratiques qui l’entourent : sa capacité à absorber ses propres contradictions et, à l’image de son métissage originel, à les synthétiser et les intégrer pleinement.

L’un des paradoxes du rock repose sur la contradiction entre d’une part l’idée d’une rébellion contre l’ordre social et esthétique établi, rébellion qui serait inhérente au rock et qui a pu être incarnée par des figures telles que les Rolling Stones, Bob Dylan ou, justement les Sex Pistols, et d’autre part une grande conscience de sa propre historicité, qui se manifeste par les nombreux hommages rendus au grands noms de la musique populaire, mais aussi par l’activation fréquente, au sein même du discours rock, d’une deixis encyclopédique définie par Marie-Anne Paveau dans Les prédiscours comme « une forme privilégiée d’appel aux cadres prédiscursifs collectifs (…) qui active le partage des savoirs et croyances prédiscursives ». Continuer la lecture de « Do you think it’s 1976 and you’re talking to the Sex Pistols? »

Multimodality in rockumentaries

intro multimodalité

Ce billet est une adaptation de ma présentation au congrès 2014 de la SERCIA (Raboud University, Nijmegen) qui avait pour thème « Movies and Music ».

My initial interest in multimodality, defined in this paper as the complex relation between visual, verbal and musical modes of expression came from an issue raised by the specificity of my corpus. Indeed, the focus of my Phd dissertation is a linguistic and discursive analysis of interviews found in rock documentaries (henceforth rockumentaries)

It seems impossible to ignore the significance of sound and image in these films, which aim at retracing the career of a band, a musician or a musical movement. The three modes of discourse are intertwined and the rich association of these semiotic systems contribute to the historiographical and/or biographical enterprise of directors. Continuer la lecture de Multimodality in rockumentaries

Tournées: étapes géographiques et symboliques

post tournées
 
Ce billet est une adaptation de ma présentation à l’atelier « Musique et cultures anglophones » du Congrès 2014 de la SAES (Université de Caen, 16 au 18 mai) qui avait pour thème « Traversées »

 

Introduction

Pratique emblématique de la culture rock, la tournée est un objet tout à fait intéressant à étudier dans la perspective de la traversée. On peut partir d’une définition simple : une série de concerts donnés lors d’une période de temps théoriquement circonscrite par un ou plusieurs groupes/chanteurs supposant des déplacements au sein d’un espace géographique (pays, continent, monde).

Cet événement public, médiatisé et généralement filmé sur scène et en coulisses, est également répétitif, puisqu’il faut plusieurs dates pour faire une tourné, et  commercial; mais il est chargé, dans le récit rock, d’une forte teneur symbolique. Pourquoi ? Continuer la lecture de Tournées: étapes géographiques et symboliques

« You’ve got some nerve asking me a question like that! »

Ceci est une adaptation d’une présentation que j’ai faite dans le cadre d’une journée d’étude, « Quand dire c’est faire violence », organisée à l’université de Nantes le 31 janvier. 
 
 introppt

Dans Les interactions verbales, Catherine Kerbrat-Orecchioni évoque la difficulté qu’il y a à établir le rapport de places au sein des interviews, du fait de la dissymétrie des rôles interactionnels propre à ce type d’échange. Elle remarque en effet que l’intervieweur est maître du point de vue du contenu, puisque c’est lui qui oriente l’échange par ses questions, mais que l’interviewé fournit la matière conversationnelle par ses réponses. De plus, et cela est particulièrement frappant dans le cas plus spécifique des interviews de chanteurs, la parole de l’interviewé est valorisée puisque c’est elle qui justifie l’interaction auprès du destinataire second qu’est le public. On dit d’un journaliste qu’il « recueille » les propos d’un artiste prestigieux dont la parole est susceptible de susciter l’intérêt des fans. Continuer la lecture de « You’ve got some nerve asking me a question like that! »

Nécro-Lou-gies

2013-10-27-lou_reed_transformer-530x298

Comme beaucoup, j’ai été attristé d’apprendre la mort de Lou Reed, dimanche 27 octobre. Je me suis souvenu du jour où j’avais acheté Transformer chez un disquaire de Glasgow, de mon obsession pour « Heroin », qu’il m’est souvent arrivé de réclamer en fin de soirée avant de reconnaître que mes amis avaient rarement envie d’écouter la complainte bruitiste d’un junkie aux petites heures du matin. Tout ceci n’avait du reste pas grande importance, tant « Sunday Morning » s’imposait comme une évidence pour les réveils cotonneux qui suivaient ces débauches adolescentes. Mais je m’égare. Continuer la lecture de Nécro-Lou-gies

Ces titres qui en taisent long

lepoint2126-ces-mafias-qui-pillent-la-france2

On a beaucoup commenté les travers des magazines d’actualité français : le suivisme de L’Express et du Point, l’omniprésence médiatique de leurs rédacteurs en chef, le Hollande-bashing, leur passion pour les francs-maçons, l’immobilier et les classements du service public, etc. Mais on a moins parlé d’un phénomène pourtant significatif : le conformisme syntaxique de la titraille. Continuer la lecture de Ces titres qui en taisent long

Pharrell et les robots

daft-punk-get-lucky

Je sors aujourd’hui humblement de mon champ de compétence pour parler, avec déjà un peu de retard, de l’événement musical de ces dernières semaines : la sortie du nouvel album de Daft Punk, Random Access Memories, porté par l’inévitable « Get Lucky ». Je dois reconnaître d’ores et déjà que mes connaissances et ma passion pour le groupe sont, sinon limitées, en tout cas moyennes. Néanmoins, la sortie de leur album m’intéresse car, comme le résume cet article du Monde, la promotion et les discours qu’elle génère lie des stratégies de l’industrie du disque extrêmement classiques et des aspects plus novateurs. Parmi ces discours, je vais m’arrêter sur celui de Pharrell Williams, qui chante sur « Get Lucky ». Continuer la lecture de Pharrell et les robots

Quelques mots sur les pseudos

joe strummer
L’article suivant est une adaptation de mes notes pour une présentation aux doctoriales de la SAES à Dijon. Les liens hypertextes renvoient (normalement) à des extraits vidéos. 

Le travail sur les noms propres portera particulièrement sur les anthroponymes, à savoir les pseudonymes de chanteurs et les noms de groupes (grouponymes). La création de ces  « noms choisis » (Cislaru) est racontée et analysée dans les interviews, il y a donc un arrêt sur le signe, une forme d’autonymie, qui permet de voir la richesse sémantique et discursive de ces signifiants particuliers. Continuer la lecture de Quelques mots sur les pseudos

Les à-côtés de la plaque

Quelle mémoire pour Dalida?
Quelle mémoire pour Dalida?

Ceux qui ont eu l’occasion de se balader du côté de la Bibliothèque François Mitterrand auront peut-être remarqué une certaine homogénéité dans les noms de rues : il s’agit en grande majorité de personnalités mortes assez récemment, dans les cinquante dernières années environ, ce qui est d’ailleurs le cas de celui qui a donné son nom au bâtiment emblématique du quartier. De mémoire, et cette liste n’est pas exhaustive, on peut citer Raymond Aron, George Balanchine, l’Abbé Pierre (qui a eu un square), Goscinny, Marguerite Duras, Thomas Mann, Primo Levi. Quoi de plus normal, puisque le quartier, dans sa forme actuelle, est relativement neuf ? La toponymie épouse la caractéristique du lieu qu’elle désigne de façon assez heureuse, et on peut se demander si cela a été voulu par les élus ou s’ils ont puisé dans le stock de figures tutélaires qui n’avaient pas encore de rue à leur nom dans la capitale. Continuer la lecture de Les à-côtés de la plaque

Radical dico

dicopolitique

La question a fini par passer inaperçue face aux débordements et aux violences qui entourent la deuxième lecture du texte sur le mariage pour tous, mais la semaine dernière, les députés UMP ont trouvé un nouvel ennemi : le dictionnaire Larousse.

Comme l’explique cet article du Monde (avec des déclarations un peu étranges et sans doute mal retranscrites de Laurent Wauquiez et Hervé Mariton à l’appui), le Larousse a décidé de changer la définition de mariage pour son édition 2014 :  « Acte solennel par lequel deux personnes de sexe différent, ou de même sexe, établissent entre elles une union… » Continuer la lecture de Radical dico

« Et dans la brume au bout du quai… »: Rodriguez révélé

searchingforsugarman1

M’étant aperçu que ce carnet ne comportait pour l’heure aucun article sur ce qui devait pourtant être son objet, le discours musical, je vais m’employer à corriger cet état de fait regrettable avec un exemple de l’actualité récente : Searching for Sugar Man. Pour ceux qui n’auraient pas suivi, et qui, contrairement à moi, n’ont pas la chance d’avoir une voisine qui passe la B.O en boucle, ce film, Oscar du meilleur documentaire, est une enquête pour retrouver la trace d’un chanteur de folk de Détroit, Sixto Rodriguez, qui, dans les années 60-70, n’a pas rencontré le succès qu’il méritait aux Etats-Unis malgré deux très bons albums (Cold Fact et Coming From Reality), et qui a ensuite disparu de la scène médiatique, à tel point que la rumeur dit qu’il s’est suicidé sur scène suite à concert raté. Or, il se trouve que tout le monde n’est pas passé à côté du talent de Rodriguez, puisque celui-ci était une idole underground en Afrique du Sud pendant l’apartheid, et l’enquête que retrace le film est en réalité la suite de celle menée par des fans sud-africains après la chute du régime dans les années 1990. Continuer la lecture de « Et dans la brume au bout du quai… »: Rodriguez révélé

Crédit narratif et « capital biographique »: le récit de vie des demandeurs d’asile

newcolossus

Le récit de vie des migrants est un champ très important de la linguistique et de l’analyse du discours, on peut penser par exemple au travail de Pavlenko (2001) sur les biographies transculturelles (qui a du reste joué un grand rôle dans mon intérêt pour la linguistique). Néanmoins, ce billet ne portera pas directement sur des récits de migrants, mais sur les conditions de production de ces récits dans le cadre d’un passage devant l’Ofpra (l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides). Continuer la lecture de Crédit narratif et « capital biographique »: le récit de vie des demandeurs d’asile