Quelques mots sur les pseudos

joe strummer
L’article suivant est une adaptation de mes notes pour une présentation aux doctoriales de la SAES à Dijon. Les liens hypertextes renvoient (normalement) à des extraits vidéos. 

Le travail sur les noms propres portera particulièrement sur les anthroponymes, à savoir les pseudonymes de chanteurs et les noms de groupes (grouponymes). La création de ces  « noms choisis » (Cislaru) est racontée et analysée dans les interviews, il y a donc un arrêt sur le signe, une forme d’autonymie, qui permet de voir la richesse sémantique et discursive de ces signifiants particuliers.

Nous faisons l’hypothèse que ces films mettent en scène une communauté discursive  dont les productions sont orientées autour d’un éthos discursif commun (Béal). Or, le travail de négociation sur le nom se construit au sein d’un cadre où sont mises en avant de valeurs similaires, valeurs qui seraient propres à la culture rock (Chastagner) : originalité et anticonformisme, rupture et rébellion.

Pseudonyme et grouponyme : l’autonomination comme intégration

Le récit du choix du pseudonyme (ou du grouponyme) constitue un passage obligé dans les films du corpus, ce qui s’explique par le fait que cette pratique est un élément essentiel de la culture rock. Notons que les versions peuvent diverger et être l’objet de débats mais le regard rétrospectif en fait toujours un point de départ dans la carrière des musiciens, une sorte de récit des origines.

Georgeta Cislaru parle d’un « avant-discours » pour les pseudos sur internet, c’est-à-dire un acte d’autonomination orienté vers une prise de parole à venir. Les pseudonymes de chanteurs sont comparables dans la mesure où le choix du pseudonyme/grouponyme correspond à l’émergence d’un artiste devant un public (passage de l’anonymat au pseudonymat) et ce passage est souvent doublé dans le récit de vie d’une rupture spatiale (quitter le lieu d’origine, partir en tournée) :

« We all fancied it, our first foray into professional entertainment. Well, that’s what you do, isn’t it? You change your name.” (The Beatles Anthology, vol. 1)

 George Harrison souligne ici la banalité du processus d’adoption du pseudonyme, ce que les futurs Beatles ont fait quand ils sont partis faire une tournée des dancings durant leur jeunesse. Les Beatles ont ensuite repris leur nom, à l’exception de Ringo Starr (Richard Starkey à l’Etat civil) qui ne faisait pas partie de cette première tournée.

Cette auto-nomination est investie d’un sens en tant qu’action, notamment dans le cas du pseudonyme : il s’agit à la fois de refuser une règle sociale (être baptisé par un tiers) et de s’intégrer à une communauté de pratique.

Cas de Joe Strummer (lien vidéo)

He decided to change his name to Joe Strummer. And of course it was very difficult for everyone cause we all kept saying “Hey Woody”. And would just blank you, he wouldn’t respond. He’d just say [imitating] “I’m not called Woody, you know, my name is Joe.” (Julian Yewdall, co-founder of The 101ers, Joe Strummer)

(…) he had little pointed ears at the top and I thought he looked like Woody Woodpecker. And I didn’t know he was being called Woody before. And I said “Oi, Woody!” and he went “Don’t ever fucking call me that.” And I thought: “God he is sensitive”. (Topper Headon, batteur des Clash, Joe Strummer).

Baptisé John Melhor, il s’est d’abord appelé Woody durant sa période hippy (quand il jouait avec son premier groupe, les 101ers), puis Joe Strummer quand il est passé au punk (The Clash). Démarche radicale, qui a entraîné des malentendus et des négociations au cours desquelles la cristallisation du désaccord sur la signification du pseudonyme ou du surnom (tel que l’entendait Topper Headon) était assez sèche.

 

De même, Bob Dylan (lien vidéo), né Robert Zimmerman, justifie ainsi son choix de prendre un pseudonyme, en insistant sur la démarche de rupture plutôt que sur celle d’intégration :

I mean, I just don’t feel like I had a past… and, you know, I couldn’t relate to anything… other than what I was doing at the present time you know, it didn’ t matter to me what I said. It still doesn’t really.

Si on se penche maintenant sur le signe, on voit qu’il est lui-même garant d’une intégration à la communauté discursive, du fait de son épaisseur sémantique et de ce que Cislaru appelle « l’aspectualisation », c’est-à-dire la sélection et l’affirmation des divers sens donnés au pseudonyme, ces fragments de sens étant en rapport avec le groupe auquel on s’intègre. Ceci est particulièrement frappant pour les noms de groupes même si  on retrouve aussi dans l’exégèse des pseudonymes des aspects de la culture rock dégagés par Claude Chastagner :

1) Fonction de l’hommage : intégration dans une généalogie musicale ou artistique :

Tom Clancy, un chanteur folk, propose une interprétation du pseudo de Bob Dylan en rapport avec Dylan Thomas. Deborah van der Beek, petite amie de Joe Strummer à l’époque où il s’appelait Woody, fait un rapprochement avec Woody Guhtrie, sans doute du fait de sa conscience politique (les styles musicaux étant extrêmement différents). Enfin, George Harrison explique qu’il avait choisi de rendre hommage à Carl Perkins lors de la tournée évoquée plus haut.

Out in Minnesota there was a young man who was inspired to change his name to Dylan because of the poet Dylan Thomas, Tom Clancy, No Direction Home

Joe, whose name was John, said: “Oh my name is Woody”. I said: “Oh it’s interesting, how did you get that name Woody?” And he said: “Oh I just made that up on the spot.” I think because of Woody Guthrie. Deborah van der Beek, Joe Strummer

And I was Carl Harrison. It doesn’t sound like a stage name now, it’s just that I loved Carl Perkins, George Harrison, The Beatles Anthology (vol 1)

La démarche peut être la même pour les noms de groupes, par exemple les Rolling Stones qui étaient un blues band à leurs débuts:

In 1964 I got a call from the Rolling Stones that said « We want to come to Chicago and record, in the Chess studio. We got our name from that Muddy Waters record, « Rollin’ Stone », Marshall Chess, Godfathers and Sons:

2) Rupture individuelle radicale : malgré une conscience historique aigüe, certaines marquent la volonté de se détacher du passé, donc mise en avant de noms dont le principal trait sémiotique est justement de ne pas être lié à un discours antérieur connu :

The Band: Robbie Robertson et Richard Manuel racontent un nouveau départ pour le groupe après s’être appelé The Hawks :

– Everything was fine. We were sailing along. And all of a sudden, one day, The Hawks meant something else altogether.

– lt was right in the middle of that whole psychedelia.  »Chocolate Subway ».  »Marshmallow Overcoat ». Those kind of names.

– When we were working with Bob Dylan and we moved to Woodstock, everybody referred to us as The Band. He called us The Band. Our friends and neighbours called us The Band.

– And we started out with The Crackers. We tried to call ourselves The Honkies. Everybody kind of backed off from that, you know? lt was too straight. So we decided just to call ourselves The Band. Robbie Robertson/ Richard Manuel, The Last Waltz

 

On remarque que c’est un processus qui peut se reproduire, le grouponyme suit le changement de signification du groupe, même si on ne sait pas trop ce que cela implique, ains que le montrent les tâtonnements en fonction des réactions de leurs proches. Le minimalisme sémantique du nom est une opposition aux grouponymes chargés de la scène psychédélique, ce qui vient doubler une opposition musicale puisque The Band jouait surtout des airs « traditionnels » (folk et blues). Enfin, c’est lié à l’histoire du groupe, puisqu’ils ont percé comme groupe de soutien (back up band) de Bob Dylan, ils étaient donc les anonymes derrière la star. L’article défini the, classique pour un nom de groupe, prend de l’importance du fait de la généricité du nom qu’il désigne (band).

Si on revient à Bob Dylan :

The name just popped into my head one day. But it didn’t really happen any of the ways that I’ve read about it.

 Il y a, comme souvent chez lui, un jeu sur les origines: figure du musicien errant, mise en avant de la radicalité des choix de l’individu: nom qui ne se veut lié à rien d’autre qu’à lui-même, y compris dans l’analyse de ses significations.

3) Manifeste : la démarche de pseudonyme peut être liée à des traits éthiques et esthétiques propres aux sous-genres . Prenons l’exemple du punk.

Les artistes sont conscients de leur appartenance générique, quitte à rejouer ou réécrire leur construction pour s’y conformer. Il y a par exemple un débat autour du nom Sex Pistols : choix du groupe ou stratégie marketing du manager Malcolm McLaren ? Pour ce qui est des valeurs du punk on peut citer le manque de technique, garant supposé d’une certaine spontanéité (cas de Joe Strummer revendiquant ses limitations de guitariste, strumming signifiant taper sur les cordes), ou le mauvais goût, la volonté de choquer dans le cas de Joy Division (issue de la scène punk de Manchester), puisque cela fait référence aux bordels nazis.

I can still only play all six strings or none. And not all that fiddly bits. Which is why I called myself Joe Strummer  » Joe Strummer, Joe Strummer

It was the brothel that soldiers went to. And I though “Well, it’s pretty bad taste, but it’s quite punk. » Bernard Sumner, Joy Division

On voit donc le poids sémantique des pseudonymes et des grouponymes et leur rôle dans l’affirmation de l’ethos discursif du groupe. On constate également que la démarche d’autonomination joue un grand rôle dans l’intégration des individus à la scène musicale, ce qui explique aussi la récurrence de ces épisodes dans la construction narrative des documentaires.

Références:

Béal C., Les interactions quotidiennes en français et en anglais, 2010

Chastagner C., De la culture rock, Puf, 2011

Georgeta Cislaru, « Le pseudonyme, nom ou discours? », Les Carnets du Cediscor[En ligne], 11 |  2009, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 22 mai 2013. URL : http://cediscor.revues.org/746


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *