Les à-côtés de la plaque

Quelle mémoire pour Dalida?
Quelle mémoire pour Dalida?

Ceux qui ont eu l’occasion de se balader du côté de la Bibliothèque François Mitterrand auront peut-être remarqué une certaine homogénéité dans les noms de rues : il s’agit en grande majorité de personnalités mortes assez récemment, dans les cinquante dernières années environ, ce qui est d’ailleurs le cas de celui qui a donné son nom au bâtiment emblématique du quartier. De mémoire, et cette liste n’est pas exhaustive, on peut citer Raymond Aron, George Balanchine, l’Abbé Pierre (qui a eu un square), Goscinny, Marguerite Duras, Thomas Mann, Primo Levi. Quoi de plus normal, puisque le quartier, dans sa forme actuelle, est relativement neuf ? La toponymie épouse la caractéristique du lieu qu’elle désigne de façon assez heureuse, et on peut se demander si cela a été voulu par les élus ou s’ils ont puisé dans le stock de figures tutélaires qui n’avaient pas encore de rue à leur nom dans la capitale.

Je repensais à tout ça récemment à la lecture de deux petits articles sur la question du baptême des rues. Il s’agissait d’abord de Belrain, dans la Meuse, qui est la dernière commune de France à avoir renoncé à sa rue du Maréchal Pétain, vraisemblablement remplacée par une Rue Raymond et Lucie Aubrac ou Stéphane Hessel (autres morts récents). Cela n’était pas sans évoquer la scène d’un Singe en hiver où la Libération de Tigreville, « la Californie normande » inventée par Antoine Blondin dans son roman, était symbolisée par un plan fixe sur une plaque de rue : la rue du Maréchal Pétain devenait rue du Général de Gaulle.

L'avant-dernière rue Pétain, (d'après Le Point)
L’avant-dernière rue Pétain, (d’après Le Point)

L’autre événement était relaté dans Le Monde du 24 avril, et comme l’article de Béatrice Jérôme n’était pas disponible en ligne dans sa version intégrale en voici un bref résumé : un élu municipal du 17e arrondissement de Paris, Jérôme Dubus (UMP) a proposé de donner le nom de Margaret Thatcher, décédée le 8 avril, à une rue (l’histoire ne dit pas si c’est le 13e qui aurait été choisi pour faire une place à la Dame de Fer). Cela a, sans surprise, provoqué le courroux du Front de Gauche, qui a riposté par l’intermédiaire de Aline Arrouze (PCF, 14e) en proposant le nom de Bobby Sands, indépendantiste irlandais mort en prison à la suite de sa grève de la faim en 1981. Les deux propositions ont été repoussées par Pierre Schapira (PS), chargé des relations internationales à la mairie de Paris. L’article se termine sur une note plus positive : le conseil a voté pour la création d’une rue Shakespeare dans le 8e arrondissement.

Ces deux histoires pourraient paraître anecdotiques et tout juste bonnes à remplir les interstices entre les papiers sur le mariage pour tous et la hausse du chômage. Mais, vous me voyez venir, elles sont révélatrices sur le plan discursif, notamment sur la question de la mémoire du discours que j’évoquais brièvement dans un billet précédent. Le concept, développé par Marie-Anne Paveau dans Les prédiscours (2006), recouvre à la fois le sens, les connotations et les images associées à un mot lorsqu’il est employé en discours. Or, les noms propres, qu’il s’agisse d’anthroponymes (noms de personnes) ou de toponyme, sont bien évidemment investis de sens et de connotations, à tel point qu’ils deviennent ce que Paveau appelle des « noms de mémoire », c’est à dire des noms porteurs de valeurs groupales et historiques, investis d’un sens social, et pris dans un réseau d’images qu’ils convoquent dans l’esprit des locuteurs.

C’est ce mécanisme cognitif et discursif qui explique pourquoi on a plus de chances de trouver un boulevard Gagarine à La Courneuve qu’à Orange, d’autant que le baptême des rues est un enjeu politico-symbolique important, dans la mesure où c’est le meilleur moyen de laisser une trace durable de son passage à la mairie à peu de frais. Pour reprendre l’exemple de la rue du Maréchal Pétain, il n’est sans doute pas anodin que cette rue se soit trouvée  dans le même département que Verdun et où on peut supposer que la mémoire de l’anthroponyme Pétain ait pu être associée aux batailles de la Grande Guerre autant qu’au régime de Vichy. Notons que la consultation populaire qui a entériné le dé-baptême de la rue tend à montrer que la mémoire qui prévaut aujourd’hui, celle de Pétain comme figure du régime de Vichy responsable de la collaboration et de la déportation, est devenue majoritaire.

Humour nord-irlandais
Humour nord-irlandais

 

La querelle de la mairie de Paris est plus intéressante de ce point de vue, en raison des justifications apportées par les élus. M. Dubus parle de Mme Thatcher en ces termes : « un destin, une révolution et un héritage (…) cette femme issue d’un milieu modeste (…) qui a permis à son pays de sortir du marasme économique dans lequel l’avaient laissé les travaillistes ». Rien d’anodin dans cette oraison : d’une part Margaret Thatcher est érigée au rang de symbole de l’ascenseur social et d’autre part sa féminité est mise en avant, sans doute dans le but de convaincre le conseil municipal de Paris qui regrette régulièrement que trop de peu de personnalités féminines soient associées à la toponymie parisienne. Enfin, le coup de scie aux travaillistes peut être vu comme un écho aux discours de l’UMP reprochant régulièrement aux socialistes leur incapacité à gérer les caisses de l’Etat. Quoi qu’il en soit, la démarche discursive de M. Dubus est bien un travail de resignification (concept qui a justement été abordé hier lors d’un séminaire auquel j’assistais), c’est-à-dire une démarche pour (re)construire une mémoire du nom Thatcher, lui donner un sens nouveau en tant que personnage historique. La finalité de tout cela est de faire en sorte que les images et le sens qui y sont associées soient compatibles avec celles qu’une municipalité souhaite promouvoir à travers le nom de ses rues.

Les réactions de la gauche parisienne ont été multiples, mais elles ont toutes mises en jeu la mémoire du discours. D’abord, il y a l’évocation des images associées au mythe Thatcher, celle de la briseuse de grève ayant mis les régions industrielles à genoux : « Vous essayez de nous ressortir celle qui a su si bien écraser la mobilisation des mineurs » (Alain Lhostis, PCF). Parler des contradictions d’un personnage historique, ce qui a été le cas dans une bonne partie des nécrologies consacrées à Thatcher, est à peu près aussi pertinent et novateur que de décrire une espace géographique comme une « terre de contrastes », mais on voit bien que cela donne lieu à un conflit des mémoires, ce conflit suivant des lignes groupales et partisanes.

La deuxième stratégie était donc d’avancer le nom de Bobby Sands, à propos duquel les élus communistes ont déclaré : « c’est Mme Thatcher qui est responsable de sa mort » (Arrouze), « on a été très touchés à l’époque, c’était très dur » (Lhostis). Bobby Sands semble ici être convoqué comme négatif de Thatcher, celui qu’elle a persécuté et dont le visage émacié et barbu revient hanter ses nécrologies. Au-delà des questionnements historiques, qui ne sont pas de mon ressort, la gauche et la droite parisienne ont donc un recours comparable à des mythes, des figures tutélaires qui permettent de situer leur discours et de le relier à un avant fondé et riche de sens. On notera qu’il ne s’agit pas de figures françaises, ce qui est la marque, je crois, d’une évolution du discours politique où il est devenu courant de parler de Roosevelt ou Churchill, avec toutes les approximations et les clichés que cela peut supposer.

L’arbitrage par l’élu PS passe par le rejet (un brin méprisant) de la resignification proposée par chaque champ : Bobby Sands n’est qu’un martyr parmi tant d’autres dont le mérite ne suffit pas à lui donner une rue (« Des martyrs il y en a dans le monde entier et si on devait des noms de rue à ceux qui sont emprisonnés dans toutes les prisons du monde, Paris n’y suffirait pas. ») et Margareth Thatcher n’est pas acceptée en tant que figure de l’émancipation féminine, sans plus d’explication (« ce n’est pas pour nous l’incarnation d’un véritable exemple, pour la femme, de la réussite »). Il suggère néanmoins de proposer le nom de Thatcher à la mairie de Longjumeau, fief de Nathalie Kosciusko-Morizet, qui l’aurait citée comme une figure (parmi tant d’autres) de son panthéon personnel. On a le droit de penser qu’il existe des filiations plus faciles à assumer.


2 réflexions au sujet de « Les à-côtés de la plaque »

  1. merci pour ce billet, vos deux exemples sont passionnants – c’est un enjeu important, la nomination-dénomination-renomination, le baptême et le débaptême – dans « les prédiscours », je propose la notion de démémoire discursive à partir d’exemples donnés par régine robin dans « berlin chantiers » : le débaptême des rues de certaines rues de berlin, qui voient des héros des brigades internationales remplacées par ceux de chevaliers teutoniques
    j’avais beaucoup aimé un article de jeanne gonach dont je parle ici : http://penseedudiscours.hypotheses.org/288, et qui mentionne des exemples très politiques de baptême et débaptême
    la référence : Gonac’h Jeanne, 2007, « Pratiques de redénomination des rues à Vitrolles », dans Cislaru G. et al. (dir.), L‘acte de nommer. Une dynamique entre langue et discours, 2007, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 101-114.
    l’exemple de bobby sands me fait penser à malek oussekine, qui a donné son nom à des amphis et à des rues : « Des amphithéâtres (de l’université de Rennes 2, de l’université de Nice Sophia-Antipolis et de l’université Pierre-et-Marie-Curie à Jussieu), une place (à Ivry-sur-Seine), trois rues (à Givors, Varennes-sur-Seine et à Fouquières-lès-Lens) portent le nom de Malik Oussekine » (extrait article WP)
    il reste aussi la question du sexisme, et du déséquilibre important dans les noms de rues entre les hommes et les femmes – sur ce plan, les donneurs de nom restent totalement à côté de la plaque…

    1. Merci pour votre commentaire, j’avais d’ailleurs revu l’exemple de Berlin en consultant mes notes pour préparer ce billet. Pour en avoir parlé autour de moi depuis vendredi, je me rends d’ailleurs compte que les questions de baptême/débaptême de rue intéressent plus de monde que je ne l’aurais cru. Une amie me parlait justement de la salle polyvalente de sa ville qui est passée de Salle Saint-Just à Salle Raymond Devos, ce qui est assez radical en termes de démémoire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *