Radical dico

dicopolitique

La question a fini par passer inaperçue face aux débordements et aux violences qui entourent la deuxième lecture du texte sur le mariage pour tous, mais la semaine dernière, les députés UMP ont trouvé un nouvel ennemi : le dictionnaire Larousse.

Comme l’explique cet article du Monde (avec des déclarations un peu étranges et sans doute mal retranscrites de Laurent Wauquiez et Hervé Mariton à l’appui), le Larousse a décidé de changer la définition de mariage pour son édition 2014 :  « Acte solennel par lequel deux personnes de sexe différent, ou de même sexe, établissent entre elles une union… »

 Les deux hommes crient au scandale, parlent d’une « course de vitesse méprisante », d’une institution qui  « s’assoit sur le travail parlementaire », appellent au boycott, bref font entendre leur indignation et trouvent des relais conciliants à différentes tribunes (Minute et Europe 1). Cet épisode, certes anecdotique par rapport à d’autres questions en rapport avec le débat législatif, est révélateur à biens des égards.

 Tout d’abord, Messieurs Mariton et Wauquiez se trompent en affirmant que la définition anticipe le résultat du vote. On peut bien évidemment supposer que les éditions Larousse ont cherché à faire un coup pour assurer leur promotion (aidées en cela par les deux députés), mais la définition n’est pas fausse stricto sensu, puisqu’un dictionnaire de langue française n’a pas vocation à rendre compte d’une réalité se limitant à la France métropolitaine. Or, on en a beaucoup parlé ces dernières semaines, de plus en plus de pays ont ouvert le mariage aux couples de même sexe, le dernier en date étant la Nouvelle Zélande pas plus tard que cette semaine. Comment définir dans ce cas, en français, l’acte solennel par lesquels deux Kiwis ou deux Hollandaises établissent entre eux/elles une union, autrement que par le terme « mariage » ? De plus, la définition du mariage ne s’est jamais limitée à celle du Code Civil, puisque cela reviendrait à ne pas prendre en compte les mariages religieux, ce qui serait bien évidemment absurde. On peut se demander à partir de combien de pays ouvrant le mariage pour tous on devrait changer la définition, mais c’est justement le rôle des rédacteurs du dictionnaire de trancher cette question.

 La colère des deux députés, qui ne sont certes plus une indignation près, est révélatrice d’un rapport aux mots et aux outils lexicographiques très français. En effet, ils semblent oublier qu’un dictionnaire est avant tout une production éditoriale, ce qui suppose plusieurs paramètres : une sélection, des choix, des prises de position, une volonté de vendre (cf. le coup de pub sus-mentionné), etc. Ils admettent eux-mêmes implicitement, via l’appel au boycott, que ce que dit un dictionnaire n’est pas parole d’Evangile, si je peux me permettre cette analogie textuelle. Le dictionnaire est souvent considéré comme un discours d’autorité, et il l’est à de nombreux points de vue (par exemple la prescription de l’orthographe), mais on est en droit de ne pas être d’accord avec l’intégralité d’une définition, de la trouver vieillie ou incomplète. Ce qu’un dictionnaire ne dira jamais, c’est l’épaisseur sémantique acquise par le mot mariage tout au long du débat qui a secoué la France au printemps 2013, la mémoire dont parle Marie-Anne Paveau dans Les Prédiscours (2006).

 Certes, le boycott d’un auteur ou d’une maison en raison de ses orientations politiques n’augure jamais rien de bon dans une démocratie, mais après tout Hervé Mariton pourra toujours chercher le nombre de n dans « obstructionnisme » ou l’étymologie de « veston » dans Le Robert ou sur Wikitionnaire. Quant à Laurent Wauquiez, nul doute qu’il aurait brillamment réussi ses études avec d’autres ouvrages que le Larousse. En d’autres termes, le dictionnaire n’est pas une parole absolue.

 Enfin sur le plan pragmatique, les deux hommes semblent confondre l’écriture lexicographique (le discours sur les mots) et l’écriture législative. Cette dernière est performative, puisqu’elle est adossée à un système politique et institutionnel qui le lui permet : un texte est écrit et voté par des représentants, et quand il est accepté il devient une loi, c’est-à-dire un objet du monde. C’est une production verbale qui a un effet sur le réel du fait même de sa production. Rien de tout cela pour le dictionnaire, qui cherche à rendre compte du  mieux possible des éléments de sens auxquels renvoie un signifiant lexical (en l’occurrence le mot « mariage »). Un dictionnaire ne crée par une réalité extradiscursive, il décrit un état de la langue. Le fait que cette définition se trouve dans le Larousse changera-t-elle le monde au même titre que la définition donnée dans un articule du Code Civil ? Non, bien évidemment. D’où cette impression que les députés minoritaires font au Larousse le procès de leur propre impuissance à bloquer la parole performative du législateur. Un combat d’arrière-garde aussi vain que futile.

 NB : au moment d’écrire ces lignes, le débat à l’Assemblée Nationale offre des exemples effarants d’analogies plus que discutables et d’utilisations très libres des mots (« assassiner »), dont les commentaires métalangagiers d’explicitation du sens peinent à convaincre, c’est le moins qu’on puisse dire.


Une réflexion au sujet de « Radical dico »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *