Crédit narratif et « capital biographique »: le récit de vie des demandeurs d’asile

newcolossus

Le récit de vie des migrants est un champ très important de la linguistique et de l’analyse du discours, on peut penser par exemple au travail de Pavlenko (2001) sur les biographies transculturelles (qui a du reste joué un grand rôle dans mon intérêt pour la linguistique). Néanmoins, ce billet ne portera pas directement sur des récits de migrants, mais sur les conditions de production de ces récits dans le cadre d’un passage devant l’Ofpra (l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides).

Il y a quelques semaines j’ai lu un court article sur ce sujet dans Le Monde intitulé : « Livrer un récit de vie crédible, étape clé de la demande d’asile », par Romain Baro, jeune journaliste de membre de La Monde Académie. Cet article m’a interpelé à plus d’un titre, notamment pour ce qu’il révèle de la production des discours. En effet, il est question d’une association d’aide aux réfugiés (le Comité de vigilance pour la défense du droit des étrangers du Cher) qui accompagne les demandeurs d’asile dans leurs démarches et plus particulièrement la mise en forme du récit qu’ils livreront devant l’Ofpra. L’article met en jeux plusieurs notions, parfois de manière imprécise, qui montrent les problèmes et les limites que pose ce type d’entretiens et, de manière plus générale, les ambiguïtés de ce que Christine Delory-Monberger appelle « la condition biographique », dans son ouvrage du même nom (2010).

En effet, dès le titre, l’objectif de la démarche est posé : la crédibilité du récit. Il ne s’agit donc pas seulement de raconter son histoire, mais de faire en sorte que l’interlocuteur la juge vraie ou tout du moins vraisemblable. Si cet objectif est commun à nombre d’interactions, l’enjeu est bien évidemment crucial, puisque cette étape fait partie du processus pour obtenir le statut de réfugié. Cette  notion de crédibilité est mise en relation avec d’autres concepts portant sur le discours tout au long de l’article, et que l’on peut répartir en deux grandes catégories : ceux qui assurent un entretien réussi et ceux qui risquent de provoquer un refus. Dans la première catégorie on trouve : la cohérence, la conviction, partager la singularité tragique de [son] parcours. La deuxième, dans un système d’écho et d’opposition assez rigoureux, regroupe : «récit stéréotypé », « manque de spontanéité à l’oral », « absence de personnalisation », la désincarnation et la contradiction.

 

Les problèmes que pose cette dichotomie apparaissent assez vite : on peut faire un récit tragique et rempli de conviction complètement faux (c’est le cas de l’acteur ou du menteur) et on peut faire un récit stéréotypé (dans la forme comme dans le fond), peu spontané, impersonnel et éventuellement incohérent qui n‘en reste pas moins vrai : c’est le cas d’une conférence de chercheur (l’incohérence en moins dans le meilleur des cas) ou du procès-verbal par exemple. De même, il existe des récits détaillés faux et d’autres moins précis mais véridiques.

Si on va plus loin, on peut remettre en question la notion de stéréotype, car un récit se pliant généralement aux règles d’un genre et aux exigences du cadre discursif et institutionnel dans lequel il a lieu, il y a des fortes chances pour qu’il ressemble aux autres récits appartenant à ce genre, sans que cela remette en cause la véracité des faits ou la sincérité du locuteur.

On remarque également qu’il s’agit de livrer un récit multimodal hiérarchisé, puisque la seule parole ne suffit pas : on parle ici de l’accumulation de détails et de preuves matérielles. Trois types de preuve sont évoqués : des documents administratifs qu’un homme n’a pu emporter lors de sa fuite, un avis de recherche et le dessin d’un appareil de torture qui a permis à l’une des demandeuses d’asile de voir sa demande aboutir. Cet exemple illustre, de façon assez dérangeante, les limites de l’entretien, puisque la parole n’a pas initialement permis à cette jeune femme de voir sa requête aboutir, le dessin ayant, semble-t-il, joué un rôle décisif dans la crédibilité de son discours. On peut du reste se demander, en raisonnant par l’absurde, en quoi le dessin serait intrinsèquement plus « vrai » que la parole ou en quoi il aurait rendu vraie une histoire fausse. Quoi qu’il en soit, cela montre que le discours des demandeurs d’asile est jugé insuffisant et moins crédible que les preuves matérielles.

On est face à un paradoxe que l’article n’exprime jamais clairement, et que l’on pourrait résumer avec la formule attribuée à Mark Twain : « It usually takes me three weeks to prepare a good spontaneous performance ». En d’autres termes, on pourrait s’étonner qu’un récit de vie personnel nécessite l’intervention d’un interlocuteur extérieur, compétent ou non selon qu’il s’agisse d’un bénévole de l’association ou du passeur, pour « faire vrai ». Bien entendu, les problématiques langagières peuvent requérir l’aide de francophones, ainsi que le montrent les exemples de la traduction albanais/anglais/français au début de l’article ou encore les tournures belges (bien qu’on ne voie pas forcément en quoi celles-ci entament la crédibilité du récit). De même, adapter son discours au contexte institutionnel est essentiel. Et il peut effectivement paraître utile de soumettre son récit à une interaction pour stimuler sa mémoire, s’arrêter sur des détails qui autrement n’auraient pas marqué le narrateur, etc.

Mais il ne s’agit pas que de cela ici, et le fait de devoir répéter, comme le ferait un acteur, pour habiter son récit avec conviction et préparer sa performance, en accumulant le nombre idéal de détails (ni trop, ni trop peu) et en s’entraînant à communiquer avec son public, ne manque pas de surprendre. Notons que la question de la véracité des récits n’est jamais abordée par le journaliste (comment le pourrait-il puisque même l’organisme d’Etat chargé de trancher la question s’arrête au domaine du crédible?), mais qu’il se concentre sur les effets recherchés et produits par le récit, cette singularité tragique évoquée précédemment, qui évoque un registre bien émotionnel pour une administration publique.

Il ne s’agit pas ici de faire le procès de l’Ofpra, sur laquelle je manque d’informations, mais de s’interroger sur ce que Christine Delory-Monberger appelle une « demande biographique institutionnalisée », c’est à dire le passage d’un enjeu personnel du récit de vie à un enjeu social et institutionnel. En effet, le récit de vie est devenu, selon elle, une monnaie d’échange, notamment dans le cadre de l’action sociale puisque c’est un des critères qui la régit. L’obtention de certaines aides publiques serait la contrepartie d’un récit de soi, de sa carrière ou de sa situation familiale selon les cas, jugé crédible par l’administration. Elle parle même de « capital biographique », à savoir la capacité des individus à raconter leur propre histoire et à en tirer profit. Ce capital est inégalement réparti tant en termes de moyens langagiers (maîtrise de la langue, des techniques de narration, des contraintes interactionnelles) que de variétés des expériences. Elle prend l’exemple du CV, forme de récit de vie, dont la richesse est liée à la variété et au prestige des expériences qu’il retrace. Or ce que ce capital biographique permet d’obtenir c’est la reconnaissance, sociale et institutionnelle, du sujet, ce que l’article illustre de façon dramatique, puisque ne peuvent être déclarés réfugiés que ceux dont le récit a permis de croire qu’ils l’étaient effectivement.

Références :

La condition biographique : Essais sur le récit de soi dans la modernité avancée, Christine Delory-Momberger, Téraèdre, 2010.

« In the world of the tradition, I was unimagined »: Negotiation of identities in cross-cultural autobiographies, Aneta Pavlenko in The International Journal of Bilingualism, vol 5, n° 3, Sept. 2001 (317-344)


3 réflexions au sujet de « Crédit narratif et « capital biographique »: le récit de vie des demandeurs d’asile »

  1. Sujet très souvent abordé dans ma formation. J’imagine que t’as lu pas mal d’ouvrages mais quelques pistes étant donné que c’est quelque chose sur lesquels j’ai travaillé:

    Sur le récit de vie, et ces questions d' »authenticité », il y a bien-sûr Bertaux (Bertaux D., Le récit de vie, L’enquête et ses méthodes, 2010) mais pas mal d’autres qui se questionnent sur les notions de spontanéité et d’authenticité.

    D’autres, qui ont travaillé non sur les migrants mais sur internet:
    Isabelle Pierozak notamment, qui dit qu’on « suggère implicitement que la spontanéité est une garantie d’authenticité, ce qui signifie en définitive que le témoin pourrait ne pas être authentique (mais par rapport à quelle « vérité »?). » (Pierozak I, L’enquête compréhensive par internet, plus que de la méthodologie, dans Patricia Lambert, Agnès Millet, Marielle Rispail, Cyril Trimaille, Variations au cœur et aux marges de la sociolinguistique, L’Harmattan 2007.)

    Ou encore Anne-Sophie Béliard et Baptiste Brossard : « tous les discours ont un sens, même ceux qui ne correspondent pas directement à la réalité « objective ». (…) Les informations (…) ne doivent pas être questionnées selon leur degré de « vérité » ou de « mensonge » mais envisagées dans leur signification pour les enquêtés.  » (Béliard A-S et Brossard B, « Internet et la méthode ethnographique : l’utilisation des messageries instantanées dans le cadre d’une enquête de terrain », Genèses, 2012/3 n°88, p. 114-131.)

    Et puis sur la question d’ « objectivité » et autres questions plus épistémologiques, Husserl et les phénoménologues qui ont suivi.

    Bonne continuation, et c’est une chouette idée ce blog!

    1. Bien vu, je connaissais Bertaux mais pas les autres. Je te conseille La condition biographique, c’est vraiment intéressant et assez polémique, ça fait réfléchir. Pour tout dire, je l’avais trouvé dans une bibliographie d’appel à contribution que voici:

      http://semen.revues.org/9535

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *