N le Non-dit

Django_Unchained_Poster

Dans un souci de coller à l’actualité et d’éviter de limiter mon champ de réflexion aux chanteurs français vieillissants, je propose cette semaine quelques pistes sur cette vidéo :

On y voit Samuel L. Jackson assurant la promo du dernier film de Quentin Tarantino, Django Unchained, où il joue un esclave de maison dans une plantation du Mississippi. Pour ceux qui n’auraient pas suivi l’affaire, voici un très bref résumé du contexte de l’interview : plusieurs associations et personnalités afro-américaines, Spike Lee en tête, ont protesté contre le traitement de l’esclavage dans le film, qui reprend les codes stylistiques du western spaghetti et les ingrédients qui ont fait le succès de Tarantino (humour des dialogues, traitement grandguignolesque de la violence, etc.). Le débat s’est porté notamment sur l’utilisation répétée du mot « nigger » dans le film (pour ceux que ça intéresse, cet article du New Yorker résume assez bien les enjeux du débat).

Le journaliste cherche donc à faire réagir Samuel L. Jackson, mais comme il est à la télé américaine, il ne veut pas utiliser ce mot et passe par la formulation consacrée : « the N-word ». On assiste alors à une rupture du script conversationnel par l’acteur qui se passe en plusieurs temps.

Il feint d’abord de ne pas comprendre et propose des mots commençant eux aussi par la lettre n (no, none, nobody). Puis, il inverse les places normalement dévolues au journaliste et à l’invité dans le contexte interactionnel de l’interview : l’intervieweur pose les questions et maîtrise, au moins en partie, le contenu et de l’échange, tandis que l’interviewé répond et fournit la matière conversationnelle.1 Ce rapport est bel et bien inversé puisque l’acteur cherche à modifier la parole du journaliste, sur un mode interrogatif puis impératif ( TRY IT !). C’est enfin lui qui mène la négociation pour sortir l’interaction du blocage qu’il a lui même provoqué en refusant de répondre, lorsqu’il propose de passer à une autre question, au grand soulagement du présentateur. L’inversion est donc double : l’interviewé prend le contrôle de l’interview et cherche à faire dire quelque chose à l’intervieweur, l’acteur afro-américain demande au journaliste blanc de prononcer un mot normalement insultant pour lui et le met mal à l’aise. C’est là que réside l’effet comique de la vidéo.

La vidéo se termine une reprise sous forme de commentaire de l’échange qui vient d’avoir lieu, et qui tend vers le métadiscursif puisque sont évoquées les motivations de chacun (why do you want me to say it ?), le contexte concret de l’interaction (la censure télévisuelle partielle grâce au bip ou totale avec la suppression de la question), les places de chacun (est-ce la même chose si le présentateur ou l’acteur prononce le mot ?), et la qualité de la question.

Au-delà de l’aspect anecdotique, cet échange assez bref permet d’illustrer deux phénomènes distincts mais liés : la construction et le contournement du tabou d’une part, et la question de la citation d’autre part.

The N-Word : comment ça marche?

Arrêtons-nous quelques instants sur le terme qui donne lieu au débat entre les interactants : « the N-word ». On peut parler ici d’euphémisme, puisque cette expression sert en anglais, et plus particulièrement en anglais américain, à ne pas prononcer le mot « nigger » et donc à contourner, ou du moins atténuer une réalité déplaisante, en l’occurrence une injure raciale. Je précise que je ne suis pas spécialiste des ce sujet, et beaucoup de choses pourraient être dites sur la question de la mémoire attachée à ce terme (celle de l’esclavage justement) ou sur sa réappropriation par les Afro-Américains dans certains discours (thème exploré par ma camarade doctorante à Paris-XIII, Laura Goudet).

La construction du terme N-Word est assez simple : le mot lui-même est déterminé par son initiale, ce qui donne lieu à la formation d’un nom composé ou « N » détermine « word ». En français, cela passerait par un groupe nominal plus complexe pour expliciter la relation : « le nom en N », « le mot qui commence par un N ». Ce type de construction se retrouve en anglais de manière centrale pour deux autres mots : the F-word (fuck) et the C-word (cunt). On peut également noter son utilisation dans le titre de la série The L Word, même si l’utilisation dans le langage courant pour remplacer le mot lesbian me semble moins fréquente. Du reste, l’utilisation du procédé peut s’étendre théoriquement à n’importe quel mot pour peu que l’interlocuteur le reconnaisse. Dans tous les cas, ce qui est intéressant dans les cas de fuck et cunt, c’est qu’il s’agit de mots extrêmement vulgaires, et tabous, en tout cas non-acceptés dans de nombreux contextes, et plus particulièrement à la télévision (ces mots sont d’ailleurs « bipés » dans les émissions de téléréalité ou dans certaines chansons).

La réduction du mot à son initiale n’est que la première étape, puisque théoriquement cela ne suffit pas à le reconnaître, comme le montre Samuel Jackson au début de l’interview. Cette construction fait donc appel aux connaissances encyclopédiques de l’interlocuteur, et c’est l’impossibilité de prononcer le mot, en plus de son initiale, qui permet de construire la référence. Cela pourrait se résumer de la manière suivante : « le mot dont nous savons toi et moi que je ne peux pas le prononcer dans ce contexte et qui commence par la lettre N ». Cette méthode évoquera aux amateurs de Harry Potter le cas de Voldemort puisqu’il est justement « celui dont on ne doit pas prononcer le nom », sa désignation passe donc par le tabou. En français on peut penser aux périphrases pour « merde » telles que « le mot de Cambronne » ou « le mot de cinq lettres », comme disait ma grand-mère.2

Autonymie et citation

S’il est bien évidemment impensable que des propos racistes puissent être proférés à la télévision, on peut se demander si le cas de figure présent dans la vidéo ne représente pas un excès de zèle de la part du journaliste (qui se justifie du reste en disant que sa question serait coupée au montage par une autorité extérieure, they, si elle contenait le terme nigger). En effet, on n’est pas ici dans la situation de Monsieur Guerlain parlant de « travailler comme un nègre », puisque le but de ce journaliste n’est pas ici d’insulter Samuel Jackson ou les Afro-Américains. A mon sens, il était « couvert » pour au moins deux raisons : l’autonymie et la citation.

Pour les non-spécialistes, l’autonymie désigne la capacité d’un mot à se désigner lui-même. Dans le titre de la chanson de Bob Dylan Love Is a Four-Letter Word, « love » est utilisé avec une visée autonymique puisqu’il s’agit de parler du mot love et non pas du concept d’amour. Or, la question initiale porte explicitement sur l’utilisation du mot (« the usage of… »), on est bien dans un contexte où la langue est utilisée pour se décrire elle-même, il n’y a donc pas pragmatiquement de visée d’insulte.

Pour ce qui est de la citation, le journaliste est là encore dans son rôle, puisqu’il cherche à rapporter le discours d’autrui pour faire réagir Samuel Jackson. Pour reprendre le concept de Tuomarla, on peut parler ici de fonction de dramatisation, voire de spectacularisation : il cherche à mettre en scène un débat, du reste légitime, en résumant les propos de ceux qui ont critiqué le film. Il semblerait donc acceptable d’utiliser le mot au cœur de ce débat, d’autant que ce n’est pas lui qui l’a prononcé. Car il s’agit bien d’une circulation d’un terme dans différents discours, au sein desquels son utilisation est justifiée : d’abord dans un contexte de fiction (pseudo) historique (c’est l’argument de l’équipe du film : le mot sert la représentation du Sud au XIXe siècle, son utilisation dans ce contexte spatio-temporel est avérée), puis dans celui des critiques contre le film (certains Afro-Américains ont été choqués par l’utilisation de ce mot et l’on fait savoir).

On aurait tort cependant de se moquer hâtivement de la soi-disant tyrannie du politiquement correct aux Etats-Unis, j’en veux pour preuve le récit de Laura Goudet, citée plus haut, qui racontait les réactions franchement mitigées qu’elle avait reçues après une présentation sur l’utilisation des mots bitch et nigger. C’était pourtant à un colloque de linguistique en France.

Bibliographie

La Citation, mode d’emploi : sur le fonctionnement discursif du discours rapporté direct, Ulla Tuomarla, 1999

Le discours en interaction, Catherine Kerbrat-Orecchioni, Armand Colin (2005), Paris

  1. Les interactions verbales, Catherine Kerbrat-Orecchioni []
  2. ainsi que celle de Marie-Anne Paveau []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *