Ces titres qui en taisent long

lepoint2126-ces-mafias-qui-pillent-la-france2

On a beaucoup commenté les travers des magazines d’actualité français : le suivisme de L’Express et du Point, l’omniprésence médiatique de leurs rédacteurs en chef, le Hollande-bashing, leur passion pour les francs-maçons, l’immobilier et les classements du service public, etc. Mais on a moins parlé d’un phénomène pourtant significatif : le conformisme syntaxique de la titraille.

Voici un relevé rapide des couv’ aperçues sur les kiosques ces derniers mois, et qui n’a pas vocation à être exhaustif:

« Ces névrosés qui veulent nous gouverner » (Marianne), « Ces femmes qui lui [François Hollande] gâchent la vie » (L’Express), « Cette France qui se tiers-mondise » (Marianne), « Cette violence qui nous taraude » (Le Monde), « Ces élus qui embauchent leur conjoint… » (L’Express), « Ces mafias qui pillent la France » (Le Point), « Ces plantes qui nous guérissent » (Le Point).

Je précise que je ne lis pas ces magazines (à l’exception du Monde, dont l’article cité, paru ce week-end, est du reste fort intéressant) et que je ne sais donc pas si ces formulations sont reprises à l’intérieur, mais j’en doute. Je précise également que l’idée m’a été soufflée par une linguiste qui s’ignore (et que je remercie au passage) et que le phénomène a sans doute déjà été perçu par certains à en juger par les parodies qui ont circulé après la une sur les femmes qui persécuteraient le Président : la construction syntaxique a été reprise, démontrant un certain figement de la formule.

On pourrait attribuer ce phénomène à un effet de mode, à de la paresse intellectuelle, à la nécessité pour un secteur fragilisé d’attirer l’attention, quitte à verser dans la polémique. On pourrait se dire aussi que tout cela n’empêche pas les rédactions de faire correctement leur travail, et qu’un titre un peu accrocheur n’a jamais empêché un papier d’être fouillé, tout comme un titre extrêmement austère peut cacher un texte tout à fait passionnant (les exemples ne manquent pas). Il n’empêche qu’au-delà des sujets traités qui, à l’exception des plantes, sont d’un pessimisme accablant mais pas franchement nouveaux, la tournure syntaxique elle-même est lourde de sens et à mon avis problématique.

Le point commun entre tous ces titres est d’associer un article démonstratif (ou déictique), en l’occurrence « ce », « cette », « ces » et une proposition subordonnée introduite par « qui » (je reconnais avoir un léger doute sur la classification de ces subordonnées : je dirais néanmoins que ce sont des relatives et non des complétives, mais la distinction n’est pas essentielle pour la suite de l’analyse). Or, ces deux composants sont les traces langagières d’opérations pragmatiques assez graves sur lesquelles je propose de revenir.

 2218771_l-express

Les démonstratifs, comme leur nom l’indique, servent à « montrer » un référent, c’est à dire à relier la chose dont on parle à une manifestation précise reprise d’un contexte ou d’une situation (et qu’on appelle le repère). Par exemple, si vous passez devant un champ et dites : « Cette vache est rousse », votre interlocuteur comprendra que la vache dont vous parlez est celle qui se trouve face à vous, sans que vous ayez besoin de l’indiquer par un geste. Pourquoi ? Parce que l’article « cette » a remplacé votre doigt tendu en invitant votre interlocuteur à suivre votre regard et à chercher une vache dans le contexte. En l’occurrence, le contexte était extra-discursif (il fallait chercher la vache dans le monde physique qui s’étendait devant vous), mais il peut être textuel (il faut retrouver une mention précédente) ou culturel (on suppose que tout le monde connaît la chose dont il est question). Pierre Cotte parle d’ostension pour les démonstratifs : on fait référence à une chose qui est à la fois séparée (pour la montrer, il faut qu’elle soit à une certaine distance) mais co-présente (on « l’amène » pour ainsi dire dans la conversation).

Quelle valeur faut-il alors accorder aux démonstratifs présents dans les titres ? D’après moi, elle est triple : ils sont mis en rapport avec la photo de une (notamment dans le cas des femmes supposées empoisonner la vie de Hollande et alignées façon Usual Suspects), ils pointent vers l’intérieur du magazine (un titre est fait pour créer un horizon d’attente : les déictiques indiquent, par exemple, que les plantes médicinales ont été identifiées et sont décrites dans le corps de l’article) et enfin ils font références à une réalité extérieure, supposée connue de tous. Si on reprend la métaphore du doigt tendu, il s’agit donc de  « montrer » des élus, des mafias, des névrosés, une certaine France, etc. On s’en doute, c’est là que les choses deviennent problématiques, car si le rôle des médias est bien entendu de révéler ce que d’autres auraient intérêt à cacher (le doigt tendu étant alors celui de la vigie), on a le sentiment dans certains titres qu’on est plus proche de l’accusation (le doigt tendu du procureur), la calomnie (celui du cafteur et de la commère) ou la stigmatisation (celui que tout le monde, sauf les manchots, tend dans la chanson de Brassens).

 une-marianne-nc3a9vrosc3a9s

Bien évidemment, le démonstratif seul ne suffit pas à donner cette impression, la subordonnée joue un rôle prépondérant. Le premier problème est d’ordre syntaxique : il s’agit de la valeur contrastive de la subordonnée. On distingue en effet deux types de subordonnées relatives : les relatives restrictives et les relatives descriptives. Les premières construisent une sous-classe par restriction, en précisant une caractéristique : par exemple dans la phrase « Les Français qui boivent du café le matin sont heureux d’aller au travail. », on comprend implicitement que les Français qui boivent du café le matin sont opposés à ceux qui n’en boivent pas, et que seul le premier groupe est heureux d’aller au travail (pour l’autre groupe on peut supposer que l’information n’est pas disponible ou qu’ils ne sont pas heureux d’aller au travail). Les relatives descriptives, elles, juxtaposent des informations : « Les Français, qui boivent du café le matin, sont heureux d’aller au travail ». Le message n’est alors plus le même du fait de la séparation par des virgules : les Français en général boivent du café le matin et sont heureux d’aller au travail, le lien de cause à effet entre les deux n’est pas certain, mais vraisemblable.

Or, comme le montre Jean-Charles Khalifa, dont je résume le propos, la valeur contrastive ou non-contrastive d’une subordonnée est plus difficile à cerner quand on s’éloigne des exemples canoniques et que la ponctuation vient à manquer. C’est le cas dans les titres. Conséquences ? On ne peut pas trancher, par exemple, dans le titre de Marianne si « Cette France qui se tiers-mondise » est une France opposée à une autre (celle qui ne se tiers-mondise pas) ou si toute la France est concernée par le phénomène. C’est le même débat qui a eu lieu autour de la une du Point « Cet islam sans gêne » (pas de relative ici, mais une forme de détermination similaire) : était-ce tout l’islam, montré du doigt, qui était jugé sans-gêne ou était-il opposé à un islam « poli » ? On voit, dans un cas comme dans l’autre, qu’un mécanisme de stigmatisation est enclenché. Les lecteurs attentifs auront sans doute reconnu une stratégie discursive qui avait fait beaucoup parler lors de la campagne de 2007 : la fameuse « France qui se lève tôt » de Nicolas Sarkozy. On ne peut évidemment pas affirmer que la rédaction en chef des magazines s’inspire consciemment de cette formule, mais on serait néanmoins tenté d’y voir un phénomène de « circulation des discours », pour reprendre le concept de Sophie Moirand. Du reste, en préparant ce billet, j’ai trouvé un très bon article de 2007 du regretté Jean Veronis, décédé récemment, sur l’expression sarkozienne et l’évolution de son utilisation dans les discours de campagne.

lepoint2

Enfin, l’autre problème que pose l’utilisation de la subordonnée, c’est, comme dans le cas du démonstratif, la présupposition : l’information contenue dans la subordonnée est présentée comme ancienne, acquise, et elle n’est donc pas susceptible d’être remise en cause. Il y a donc bien deux affirmations contenues dans le titre : celle de la subordonnée (des névrosés veulent nous gouverner, des femmes gâchent la vie de Hollande, la/une France se tiers-mondise, des élus embauchent leur conjoint, des mafias pillent la France, des plantes nous guérissent), mise au seconde plan, et la promesse de révélation codée par le démonstratif. Si on raisonne par l’absurde, on se doute bien que l’article de Marianne sur les névroses des candidats ne révélera jamais qu’ils n’en ont pas ou que Le Point ne conclura pas qu’en fait la France ne se fait pas piller par des mafias. Notons que le premier plan devrait théoriquement être occupé par l’information contenue dans une proposition principale, mais qu’il n’y en a pas dans ces titres. Il ne s’agit donc pas de hiérarchiser deux informations ou d’exprimer un lien logique entre elles, mais bien de créer un effet d’acquis.

Tout cela est loin d’être anecdotique. En effet, la subordonnée est la trace d’autre chose : le préconstruit. Ce phénomène, discursif et non plus syntaxique, consiste à s’appuyer des évidences non-questionnées. Il s’agit d’une représentation universelle, d’énoncés antérieurs non exprimés mais présents dans le discours ; pour Pêcheux, c’est la trace de l’idéologie. Or, Pêcheux et Courtine ont travaillé sur la relative et son effet d’évidentialité : poser une information dans une relative, c’est déjà la tenir pour vraie, et chercher à ne pas soumettre cette évidence au questionnement. On est en droit de penser que c’est fâcheux pour un journal d’information.

 

Références :

Cotte, P., L’explication grammaticale des textes anglais (1996)

Khalifa, JC, Syntaxe de l’anglais : théories et pratique de l’énoncé complexe (2004)

Moirand, S. Les discours de la presse quotidienne (2007)


Une réflexion au sujet de « Ces titres qui en taisent long »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *